Cookies : refuser doit être aussi facile que d’accepter

Cookies : refuser doit être aussi facile que d’accepter

Si vous parlez de « cookies », la plupart des gens s’attendent à voir un biscuit. Lorsque nous parlons d’ordinateurs cependant, les cookies ne figurent pas sur la carte des desserts. En réalité, il ne s’agit même pas d’objets physiques. Pourtant c’est en grande partie grâce à eux que vous pouvez naviguer sur Internet, et ils peuvent créer des problèmes si vous ne savez pas comment les gérer.

Faisons connaissance avec le cookie

Un « cookie » informatique est plus officiellement connu sous le nom de cookie HTTP, cookie web, cookie Internet ou cookie de navigateur. Le nom est une version abrégée du terme anglais « magic cookie » utilisé pour désigner un paquet de données qu’un ordinateur reçoit, puis renvoie sans le modifier ni le transformer.

Quel que soit son nom, un cookie informatique contient des informations. Lorsque vous visitez un site web, celui-ci envoie le cookie à votre ordinateur. Votre ordinateur le stocke dans un fichier situé dans le navigateur web (pour vous aider à le trouver, ce fichier est souvent appelé « Cookies »).

À quoi servent les cookies ?

Les cookies permettent d’aider le site web à garder une trace de vos visites et de votre activité. Ce n’est pas toujours une mauvaise chose. Par exemple, de nombreuses enseignes en ligne utilisent des cookies pour garder une trace des articles que l’utilisateur a ajoutés à son panier pendant sa visite. Sans les cookies, votre panier se viderait à chaque fois que vous cliquez sur un nouveau lien du site. Cela rendrait les achats en ligne impossibles !

Lorsque vous naviguez sur internet, vous devez fréquemment accepter ou refuser des cookies. Ces traceurs utilisés par les sites internet pour stocker notamment les données de navigation nécessitent en effet le consentement préalable de l’internaute.

Depuis le 1er avril, de nouvelles règles s’appliquent en matière de cookies. Les sites Internet sont tenus d’informer plus clairement leurs visiteurs sur le rôle de ces petits fichiers-espions, et les internautes doivent être en mesure de les refuser aussi simplement qu’ils les accepteraient.

Certains cookies sont indispensables au bon fonctionnement d’un site internet. Ils servent, par exemple, à mémoriser le contenu d’un panier d’achats ou bien des préférences d’affichage. D’autres ne servent qu’à collecter des informations sur l’internaute afin de lui adresser de la publicité personnalisée selon ses goûts et ses centres d’intérêts.

Vous pouvez donc voir sur les sites des fenêtres d’un format nouveau. D’abord, ces « pop-up » surgissent en plein milieu de l’écran (non plus en bandeau de pied de page). Ils obligent l’internaute à agir avant de pouvoir consulter le site. Avant de cliquer sur « accepter », l’internaute doit comprendre facilement à quoi servent les traceurs publicitaires : publicité personnalisée ou non, publicité géolocalisée, personnalisation du contenu ou encore partage d’information avec les réseaux sociaux. Le site doit l’informer, de façon claire et synthétique, de ce à quoi ils vont servir.

Il vous encourage aussi à les accepter ou à procéder à certains réglages, c’est-à-dire à sélectionner les cookies que vous acceptez d’installer. Enfin, vous devez pouvoir les refuser en un clic.

Abonnement mensuel

La plupart des sites Internet semblent jouer le jeu en vous laissant poursuivre tranquillement votre navigation même si vous refusez les cookies « non essentiels » (rien ne prouve néanmoins qu’ils respectent vos choix…). Mais certains imposent désormais un paiement en cas de refus des cookies.

Évidemment, ça ne fait pas les affaires des sites Internet dont la vente d’espace publicitaire constitue la principale (sinon l’unique) source de revenus. Certains, comme Doctissimo, Marmiton, AlloCiné, JeuxVidéo.com ou encore Ozap.com (ces trois derniers appartenant au groupe Webedia) ont donc préféré déployer des « cookie walls ». Cette fois, la fenêtre qui s’ouvre lorsque vous accédez au site vous propose soit d’accepter les cookies, soit… de partir. À moins que vous n’acceptiez de payer, de créer un compte utilisateur ou encore de souscrire un abonnement.

Si un site ne respecte pas les règles de protection des données, il est possible d’adresser une plainte à la CNIL .

A savoir : en complément de ses lignes directrices et sa recommandation publiées en octobre 2020, la CNIL met à votre disposition de nombreuses fiches pratiques et une foire aux questions pour tout comprendre sur les règles applicables.

Laisser un commentaire